Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 16:53

 

 

 

Bonjour, je suis un ami de HK. Il m'a envoyé un mail hier soir tard dans la nuit me donnant les codes de son blog et me demandant de publier, pour lui, son dernier texte. Depuis ce matin j'essaie de le joindre sans succès... En tout cas, voilà le texte en question.

 

 

 

CEUX QUI SAVENT ( HK - 03 juillet 2013 )

 

" Il y a quelques temps, nous étions, avec le groupe HK et les saltimbanks, invités à un grand rassemblement militant et festif. Nous devions nous y produire en fin d'après-midi. J'arrive donc sur les lieux quelques heures avant pour pouvoir procéder aux répétitions générales et autres réglages techniques; Mais aussi pour « prendre la température » comme on dit, m'imprégner de l'ambiance.

 

Et donc, alors que je me promène tranquillement dans les allées de ce rassemblement, un jeune homme d'une bonne vingtaine d'années m'interpelle : « Salut HK, respect !!! ». Puis, s'approchant de moi, il me chuchote ces quelques mots : « 

- J'ai bien lu tes textes, et je sais qu'tu sais

- Tu sais qu'je sais ?

- Yep ( accompagné d'un clin d'oeil complice )

- Et je sais quoi ?

- Ben tu sais, les illuminatis, tout ça... »

 

Le gars m'avait l'air bien allumé, et très très haut perché. À vrai dire, j'aimais ça ! Je l'invitais donc à me rafraichir la mémoire vu que j'étais censé savoir : « 

- les illuminatis, tout ça !? Vas-y, dis m'en plus, ça m'intéresse

- ( se fâchant un instant ) Hey, fais pas l'innocent ! ( puis dans un grand sourire ) t'es vraiment un comique toi !!!

- C'est un peu mon métier en même temps ».

 

Voilà que, d'un coup, il se met à parler silencieusement comme si nous étions écoutés, me demandant de lire sur ses lèvres. Et donc, en me montrant son téléphone, il semble me dire : « on peut en parler si tu veux, mais attention ! ». Le voilà aussitôt qui enlève la batterie de son téléphone m'invitant à en faire de même.

 

Là, il commençait à m'inquiéter un peu; Mais il faut croire que je me plaisais en sa compagnie, puisque j'ai fini par faire ce qu'il me demandait. Et hop, le téléphone dans la main droite, la batterie dans la main gauche. Soulagé, il se remet à parler à voix haute, et s'envole dans un long monologue sur la théorie du complot planétaire. Tout y passe : le 11 septembre, la famille Rockfeller et le célèbre secret du CFR, le nouvel ordre mondial, la lune, Roswell, la mort de Coluche, Khadafi... tomates, salades, oignon, sauce au poivre : la totale ! Et ce, pendant plus de vingt minutes, sans avoir eu l'air de reprendre sa respiration un seul instant.

 

Bon, il y avait beaucoup d'informations, et je vous avoue avoir de temps en temps perdu le fil, mais en gros, si j'ai bien tout compris, et si j'ai bien tout retenu : D'un côté, il y a "nous" et de l'autre, il y a "eux". "Nous", pauvres naïfs, nous vivons en pensant être libres, mais en vérité, "eux" ont déjà tout prévu, tout calculé, tout pensé. et "vous" ne pouvez pas savoir à quel point, "ils" ont pris le contrôle sur "nous".

 

à un moment, quand même, j'ai fini par l'interrompre : "

- Ok, ok. mais dis moi juste, c'est qui "eux".

- Ben c'est eux, t'es con ou quoi !? Técoutes rien de ce que je te dis depuis tout à l'heure

- Ok, ok. Mais nous, c'est qui ? c'est toi et moi ?

- Tu me cherches là !?

- Non, non, j'essaie de comprendre

- "Nous", c'est ceux qui savent ».

 

"Nous, c'est ceux qui savent" !!!  À ce moment précis de l'histoire, je me permets un petit aparté. Quand j'étais au lycée, j'avais un pote dingue de cinoche. Il connaissait tous les films, du plus gros succès au plus confidentiel des films d'auteur, du plus grand chef d'œuvre au plus gros navet, tous les acteurs, toutes les phrases cultes. Et souvent, en pleine discussion, il lui arrivait de nous répondre en utilisant une de ces répliques célèbres. Je me souviens que soucieux d' utiliser ses compétences à des fins expérimentales, on lui demandait si il n'avait pas deux, trois petites répliques sympa pour draguer les nanas. Il nous sortait des phrases du genre : "rendez-vous dans mes rêves" ( Denzel Washington dans USS Alabama ). Ou encore, prenant la voix de Gabin : "t'as d'beaux yeux, tu sais". Il était tellement fort mon pote qu'il arrivait à nous sortir des répliques de films pas encore sortis au cinoche? Du genre : " je déteste te voir t'en aller; mais j'adore te regarder partir". ( Nicolas Cage, dans "Volte-Face"). Il classait ses répliques dans différentes cases, et il nous précisait à chaque fois : "bon, celle-là, c'est pour une première rencontre"; "celle-là, c'est que pour les grandes occasions". Et il avait une case "réplique fatale", "mariage direct". Dans cette case, il y avait : "Est-ce que t'as quelque chose de prévu pour les 50 prochaines années ?". Je ne sais plus si cette réplique vient de "autant en emporte le vent" ou de "Rocky 2". En fait si, je me souviens très bien, c'est la célèbre déclaration d'amour à Adrian ! Enfin, voilà. Notre pote, c'était un peu, d'une certaine manière, notre Cyrano à nous. En version lascarde et roubaisienne, certes, mais y avait un peu de ça. Il nous soufflait quoi dire à nos amours non réciproques. Bon, pour être honnête, ça ne marchait pas vraiment. Ou plutôt, ça ne marchait vraiment pas. Mais ça m'aura au moins fait écrire une chanson. C'est cette histoire de dragueur raté qui m'a inspiré la chanson "Dégage", où je reprends d'ailleurs la célèbre réplique de Rocky ;-)

 

Bref, je vous raconte tout ça, parce que cette réponse que m'a faite Conspiration-man : "Nous, c'est ceux qui savent"; j'en suis sûr, il a dû la ressortir d'un film. En tout cas, quand il a prononcé cette phrase, j'ai de suite repensé à mon vieux pote.

 

Bref, pendant que je me replongeais dans mes souvenirs d'adolescence, le mec continuait à me parler de "nous". J'ai donc raté quelques épisodes, mais je crois que je me suis réveillé au bon moment : Juste quand il commençait à me dire qu'on était jamais allé sur la lune, que les images qu'on a tous vu à la télé, avaient été tournées par Stanley Kubrick à la demande de la NASA… Il y croyait, il était à fond dans son truc, il avait une bonne présence, la voix portait bien… Un peu à la façon du jury de The Voice ou de la nouvelle Star, j'avais envie de le revoir en deuxième semaine, de lui faire faire un ptit Battle avec Bernard Henri Levy, juste comme ça pour voir.

 

Ça me faisait un peu rire, mais je voyais bien que ça lui tenait vraiment à cœur de partager tout ça avec moi. Il se mettait la pression, il commençait à se crisper. Alors, pour l'aider, je me suis risqué à un petit trait d'humour, pour détendre l'atmosphère : "mais si nous ne sommes jamais allés sur la lune, peut-être que « eux » y sont allés !?"

 

Silence... Puis, au bout de 20 bonnes secondes, voilà qu'il me répond d'un coup : « c'est pas con c'que tu dis ! T'as ptete raison, ça s'tient. T'as lu ça sur quel site ? ». Il ne semblait pas trop comprendre mon humour, donc je n'ai pas osé lui dire qu'à mon avis le seul homme sur terre capable de marcher sur la lune c'était « Michael Jackson » (RIP) ! Et, en marche arrière s'il vous plaît !

 

Je lui ai quand même posé la seule question qui, selon moi, valait le coup d'être posée : «  Dis moi, ça n'a rien à voir, mais, est -ce que tu penses que Michael Jackson est vraiment mort ? ». Et oui, on a chacun nos centres d'intérêt, que voulez-vous !

 

Il me répondait, sûr de lui : « 

- Michael Jackson est un alien ! Tout comme Ben Laden d'ailleurs ! Tu veux que je te dises deux, trois trucs sur Roswell ???

- Euh... non merci. Vaut mieux pas que j'en sache trop, sinon « eux » vont s'occuper de « moi », et tu sais qu'ils font pas dans la dentelle...

- C'est clair ! T'as raison de te méfier. Ils sont partout. D'ailleurs, ils sont là aujourd'hui, tu sais ?

- Ben oui, je sais bien, c'est pour ça, faut pas trop qu'on parle, je dois y aller, là".

 

En plus, soit dit entre nous, vous qui me lisez… Je ne sais pas qui vous êtes. Parmi vous, c'est mathématiques, il y en a de chez "eux". Alors, je dois rester prudent. Vous voyez, là, je me rends compte que je commence à penser comme "lui". D'ailleurs c'est avec la même prudence et dans l'idée de préserver ma santé mentale que je m'empressais de "le" quitter, tout en finesse, discrètement, sur la pointe des pieds. Mais le voilà qu'il me rattrape par le bras : "

 

- On n'a pas parlé du 11 septembre !

- Ah non pas le 11 septembre !!! S'il te plaît

- Allez, juste un mot

- Non, non, pitié !!!

- Ok ok... D'accord, t'as raison, vaut mieux pas en parler, c'est trop risqué. Mais une dernière chose. T'es au courant pour le projet de puces électroniques qu'ils veulent nous greffer sous la peau ?

- Euh... oui bien sûr ( je ne voulais pas trop le contrarier. J'essayais de l'amadouer pour qu'il lâche mon bras et que je puisse m'évader )

- Ouais, eh bien tu sais que dans 20 ans, peut-être 10, on aura tous une puce dans notre corps.

- Ah ouais !? Enfin, je voulais dire « Ah ouais !!! ».

Le voilà reparti dans un long monologue ( me tenant par la manche ) : « Et donc comme ça, « ils » pourront tout savoir sur « nous ». Ce qu'on fait, où on va, à qui on parle, tout ça quoi... C'est l'étape ultime ! Le contrôle sur tous les être humains. Tu connais l'histoire du Docteur qui a réussi à prouver qu'on pouvait inoculer à un être humain un virus informatique, t'imagines le truc ??? Parce que pour « eux », y a trop d'être humains sur la planète, alors va falloir créer une épidémie, un peu comme ils ont fait en Afrique avec le SIDA; mais au stade mondial et par le biais de ces puces de radio-identification. Tu me suis ? le virus H1N1, et la vaccination obligatoire, c'était un test ! Tu me suis ??? »

 

Il m'a foutu les jetons ce con !!! Je commençais à scruter autour de moi, tous ces gens qui me regardaient d'un air étrange. Pouvais-je avoir confiance en « eux » ? Et, cette tâche sur mon avant-bras gauche, apparue sur mystérieusement il y a quelques semaines, ne serait-elle pas une de ces puces électroniques ? Ça commençait à me démanger de partout... Je comprenais dès lors qu'il valait mieux pour ma survie intellectuelle, mentale, et dermatologique que je mette un terme à cette discussion dans les plus brefs délais.

 

« 

- Ok, ok. Je vois ! Allez salut !

- Ouais mais qu'est ce qu'on fait ?

- Qui « on » ?

- Ben « nous »

- Euh... Eh bien, je crois qu'y a rien à faire ! ils sont trop forts !

- ( le mec déçu )Ah non, pas toi ! J'pensais qu't'étais un vrai ! Que tu lâchais rien, wallou !!! Allez, promets moi que tu va en faire une chanson

- Euh, c'est dur de faire une chanson, tu sais, des fois on veut, mais l'inspiration vient pas.

- Arrète de déconner ! Là, y a d'quoi dire quand même ! Si tu veux, j'peux t'écrire quelques idées pour que tu les mettes en formes. Ok ???

- Ok, J'essaierai !

- Tu me le promets ?

- J'te donne ma parole !

- ( me lâchant enfin et me présentant sa main grande ouverte ) Vas-y, check !"

 

Ouf, enfin libre. Pour être sûr qu'il ne me rattrappe pas, je prétextais un rendez-vous urgent et je me mettais à courir aussi vite que je pouvais. Et, m'éloignant de lui et de son complot planétaire, je l' entendais me faire une ultime recommandation "Et attention ! je te suis."

 

Eh merde ! Je pensais m'en être débarrassé pour de bon, mais il a eu mon adresse mail et mon numéro de téléphone, je ne sais pas comment. Pendant des semaines, je recevais, chaque jour, des messages « de la plus haute importance », des trucs « top secret », des documents « ultra-confidentiels », des « scoops historiques »... Sans compter les relances sur la chanson que je lui avais promise...

 

L'autre jour, j'ai fini par lui envoyer un bout de texte bidon pour qu'il me lâche enfin la grappe avec tout ça, en lui disant que ça ne venait pas, que je n'avais réussi à pondre que ces quelques phrases débiles :

 

« Michael Jackson n'est pas mort

Il est parti marcher sur la Lune

Ben Laden non plus n'est pas mort

Ben Laden est un Alien »

 

Il m'a répondu un mail de 12 pages me signifiant qu'il trouvait ça génial et vachement courageux de ma part, en développant une analyse approfondie de mon texte, documents à l'appui. Depuis ce dernier mail, je n'ai bizarrement plus jamais entendu parler de lui...

 

Je sais très bien ce que « lui » penserait d'une telle disparition aussi mystérieuse que soudaine. Il me dirait que le jeune homme ne donne plus signe de vie parce qu'ils ont mis la main sur lui; parce qu'ils savaient qu'il savait.

 

Ne me demandez pas pourquoi, mais toutes ces conneries, ça a fini par trotter en moi, et un soir d'ennui, squattant derrière l'écran de mon ordi, j'ai commencé à cliquer sur certains liens qu'il m'avait envoyé. J'ai lu quelques textes, maté quelques vidéos, visité quelques forums. Au début, ça m'amusait, et puis j'ai commencé à me prendre au jeu. Les quelques minutes se sont vite transformées en poignées d'heures, en nuits entières, à rebondir de lien en lien, de lianes en lianes, trouvant toujours une branche à laquelle m'accrocher, un nouveau site, une nouvelle info, un nouveau mystère géo-politique expliqué à la lumière de la théorie du complot...

 

Et voilà, désormais, je peux le dire : je crois en "nous". Je fais partie de "ceux qui savent". Et peu importe si cette expression est tirée de Matrix ou de "l'invasion des profanateurs" ou de l'épisode X de la saison Y de Star-Trek… Je passe chacune de mes nuits à surfer sur la toile. J'ai besoin d'en savoir plus, j'ai besoin de comprendre. Mais oui ! Tout s'explique !

 

À ce stade, il faut que je commence à faire attention à moi. Je passe beaucoup de temps sur ces sites. Je vais finir par être repéré. Par qui ? À votre avis... Des nouveaux voisins viennent d'emménager, juste en face chez moi. Je ne les trouve pas clairs. Mais, alors, pas clairs du tout. L'autre soir, je les ai surpris à s'approcher trop près de ma porte ! Ils disaient qu'ils voulaient se présenter ; faire connaissance avec le voisinage. Pfft... Si ils pensent que je n'ai pas vu leur petit manège.

 

Y a des choses pas nettes qui se passent depuis quelques temps : des appels inconnus, des soi-disants agents d'EDF qui voudrait entrer chez moi pour « relever les compteurs », mon oeil ! L'autre jour, je marchais dans le parc au coin de chez moi, tranquillement, et là, un gars, passe devant moi en courant et je l'ai entendu me dire : « je sait qu'tu sais. ». je lui ai couru après, je l'ai attrapé par le col, et je lui ait dit : « 

 

- répète ce que tu viens dire !

- Mais monsieur, lâchez moi voyons.

- Répète ce que tu viens de dire ! Tu crois que tu me fais, que vous me faîtes peur !?

- ( enlevant ses écouteurs )Mais monsieur ! Vous devez faire une erreur, vraiment, je ne vous ai rien dit. Je faisais mon footing tranquillement… Lâchez-moi, voyons".

 

Ça venait de ses oreillettes. J'entendais en boucle :"On sait qu'tu sais. On sait qu'tu sais. On sait qu'tu sais." là, j'ai commençé à me faire menaçant, et je lui ai demandé : "c'est quoi ça !?" Il m'a répondu, prenant un air effrayé et faussement naïf "c'est de la musique".

 

Les passants aux alentours sont intervenus et ont pris sa défense, comme par hasard... Certains allant même jusqu'à dire que j'étais parano. n'importe quoi ! D'après leur dires j'ai confondu "je sais qu'tu sais"' avec les paroles d'une chanson anglo-saxonne : "sexy city". Mouais, je sais pas à qui ils voudraient faire croire ça. Mais bon, plus le poisson est gros...

 

Sur un de mes sites, j'ai lu un jour ce dicton : «Sur le chemin de la vérité, vous rencontrerez Dame solitude, perdue au milieu de la route. Elle sera dès lors votre seule compagne  ». C'est très exactement ce que je ressens en ce moment même.

 

L'autre soir, lors d'un dîner de famille, j'ai eu le malheur de me confier à mes proches. Leur réaction ? Ils se disaient inquiets pour moi. Ils me conseillaient de « consulter ». Ma propre famille, j'y crois pas, même eux ! Si ça s'trouve, « ils » ont réussi à les infiltrer pour me faire passer pour un fou. Pour discréditer mes recherches. C'est bien connu, quand on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage. Mais ils ne m'auront pas !

 

Je ne sais pas si, comme ils disent, j'ai « pété les plombs », en tout cas, depuis ce soir-là, j'ai bel et bien coupé les ponts. Et j'ai continué mes recherches, seul. J'y ai découvert plein de choses horribles, sur ce qu'il se passe en ce moment même. Si vous saviez... Il faut que vous sachiez. Je ne peux pas vous en parler ici, devant tout le monde, mais c'est grave, très grave, très très grave. Nous devons agir ! Au plus vite.

 

Je sais maintenant que si « nous » ne faisons rien, « ils » ne vont pas tarder à prendre le contrôle définitivement. Je sais, et je sais qu'ils savent que je sais. Ils me l'ont fait savoir, tout comme ils m'ont fait savoir qu'ils sauront comment me faire taire. Mais si jamais ils finissaient par m'avoir, promettez-moi de continuer le combat contre « eux », au nom de la survie et de la liberté de notre espèce, au nom de « ceux qui savent ». Merci.

 

 

Procès-verbal 07123. Commissariat de Vierzon  : Cette nuit, à 4h08, nous avons ramassé un sdf de corpulence moyenne, affublé d'un masque des anonymous. Nous nous sommes approchés de lui pour nous assurer qu'il était bien en vie. C'est alors qu'il s'est réveillé en sursaut et qu'il a commencé à nous insulter et à nous menacer. L'homme était visiblement agressif et semblait souffrir de troubles de la personnalité paranoïaque. Nous avons essayé de le calmer, en vain. Constatant qu'il pouvait représenter une menace pour lui-même et pour d'éventuels passants. Nous l'avons donc immobilisé, menotté et emmené au poste de police. L'homme n'avait pas de papiers d'identité ni aucun autre indice susceptible de nous informer sur son identité. Nous n'avons pas réussi à lui enlever son masque. Il semblerait qu'il l'ait collé directement sur son visage avec de la colle extra forte. Nous sommes actuellement en train de l'interroger mais il ne veut rien dire; si ce n'est cette phrase semblant venir tout droit d'un thriller hollywoodien, qu'il répète en boucle : “Ce n'est que quand on a tout perdu qu'on est libre de faire ce que l'on veut.”

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

simon carette 07/10/2013 01:30

Bonjour HK,
j'espère que tu vas bien.
J'aimerai te rencontrer prochainement pour discuter de diverses choses avec toi.
Nous nous sommes déja rencontré et parlé lors de 2 concerts, à Roubaix, notamment, ou je viens d'emménager.
Peux-tu me contacter?
MERCI
et à bientôt je l'espère
Simon

simon carette 03/08/2013 03:10

Bonjour tout le monde.
Nous savons ce que nous vivons. Les temps modernes, comme tu le dis si bien, ont bien évolué. Les citoyens du monde ont les mêmes valeurs universelles, intemporelles, constantes, réfléchies,
comprises, apprises, et transmises. Transmettons à la nouvelle génération, ces belles valeurs de bon sens , et durables... Le monde change trop vite.... "Sun is shining, revolution"

elvis 13/07/2013 20:20

hello kaddour c elvis je voudrais savoir ce que vous fete le 28 septembre si dispos serais t-il possible de jouer pour le partis de gauche de ronchin tu peux joindre matthias au 0665555592

Michel 05/07/2013 00:39

Détendez-vous les amis ! c'est juste une satire de notre société. Peut-on rire de tout ? Je le pense. En tout cas, personnellement, ce texte m'a littéralement fait pleurer de rire !!! Après ce que
pense l'auteur de la théorie du complot planétaire... Vu comme il en rit, il n'a pas l'air de trop y croire. Tout comme il n'a pas l'air d'être du genre à croire systématiquement ce qu'on lui
"vend" à la télé ou dans les journaux. en conclusion, je dirais : la paranoïa, non ! La naïveté, non plus ! l'esprit critique, oui ! Et, merci HK.

Solairol 05/07/2013 00:11

Je crois que vous avez mal interprétez HK. Je trouve ce texte très bien tourné et très au jus de l'actualité. Il ne défend pas la théorie du complot bien au contraire.

Présentation

Recherche

Pages

Liens