Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 15:19

 

Salut à vous amis ! Il y a quelques jours, je rentrais du Quebec, en mode "peace & love". Je n'avais pas les cheveux longs, ni même la chemise à fleurs. Je n'avais pas fumé de Marijane, ni ingurgité toute autre substance chimique, mais j'avais cette drôle d'envie de dire bonjour à tout le monde, d'embrasser mon voisin, de sourire, de chanter…

Malheureusement, à mon arrivée en France, j'ai très vite déchanté. J'étais, disons, en décalage, et pas seulement d'un point de vue horaire. Je sentais le climat un peu tendu. Peut-être s'était-il passé quelque chose pendant mon absence ? Une toute petite semaine seulement. Qu'avait-il donc pu arriver de si grave durant ce si court laps de temps ?

Pour avoir réponse à mes questions, j'ai donc appelé Michel Mahmoud, un ami de vingt ans, toujours bien informé des affaires de notre temps. Michel était formel, le climat était bel et bien tendu : " à cause d'une sombre histoire de film anti-Islam, qui a provoqué des manifestations anti-film anti-islam, puis des commentaires poltico-médiatico-intellectuels anti-manifestations anti-film anti-islam. Sans compter l'histoire de ces caricatures pro-film-anti-islam; suivies de manifestations anti-caricatures pro-film-anti-islam, donnant elles-même lieu à des  commentaires poltico-médiatico-intellectuels anti-manifestations anti-caricatures pro-film-anti-islam; mais aussi à des contre-manifestations-pro-caricatures pro-film-anti-islam…"

Alors que j'essayais de suivre sa première phrase longue de trois kilomètres, Michel continuait son rapport  : " … Et encore, en France, c'est pas trop trop grave. Parce que, partout dans le monde arabo-musulman, la rue s'embrase, des ambassades sont prises d'assauts, des morts, des menaces, l'escalade… Et aussi,  aux Etats-unis, et en Europe, tous les réactionnaires, xénophobes et autres pyromanes profitent de l'étincelle pour essayer de mettre le feu au poudre.
 Par exemple, pour revenir en France, y a Marine Lepen et toute sa clique, qui en ont très vite rajouté une couche, tu vois !? Et aussi le pire dans cette histoire, c'est que… "

Là, j'ai coupé net mon ami trop bien informé, en lui demandant d'arrêter les frais. En trois minutes, il avait réussi à me foutre le cafard.

Avant de raccrocher, Michel me demandait quand même : "Alors, qu'est-ce que t'en penses ?". Sur le coup, je n'ai pas su quoi lui répondre. Mais, au fond, ce que j'en dis, c'est que c'est toujours la même histoire ( tiens ça trait une belle idée de chanson ça ;-) : Il y a une belle brochette de tarés qui peuplent notre monde et qui n'ont qu'une seule chose en tête : déclencher leur sacro-sainte guerre bloc contre bloc. Une guerre qu'ils appellent de leurs voeux depuis bien longtemps. Ces Jobards, ils sont bien évidemment de chaque côté de la barrière; chacun rangé derrière sa bannière. Ils soufflent sur les braises, les uns capables de produire des films de propagande haineux; les autres, tout heureux de populariser mondialement un pauvre film à deux balles, pour pouvoir ensuite envoyer furieusement des milliers de gens dans les rues. Et, les uns comme les autres, n' attendent qu'une seule chose : que nous "choisissions notre camps".

"les croisés sont de retour,
aux quatre coins de la planète,
se proclamant tour à tour,
protecteurs ou bien prophètes.

Ils comptent sur toi pour t'engager,
que tu les suives vaille que vaille.
Au fond de n'importe quelle tranchée.
Sur n'importe quel champs de bataille"

Hk et les saltimbanks - c'est la guerre


Alors, voilà. je n'en dirai pas plus sur ce sujet, et je préfère revenir à cet état "peace & Love" qui était le mien avant d'atterrir. Je voudrais vous parler de mon voyage au Quebec. Je voudrais vous parler de ces surprenants et attachants québécois !!!

J'ai été littéralement bluffé par ce pays et ceux qui y habitent. Je dis ce pays, mais plutôt devrais-je dire cette Région. Car même si De Gaulle y a prononcé le bien célèbre "Vive le Quebec libre !", cette Région grande comme trois fois la France n'est encore qu'une province du Canada.

Le temps d'une petite semaine au Quebec, trois petits tours de chants et puis s'en va, je n'y ai peut-être vu que les bons côtés. Et c'est certainement bien trop peu pour pouvoir porter un jugement définitif. Mais, quand même, je crois qu' il y a des signes qui ne trompent pas.

Les gens là-bas, ont l'air heureux. C'est con à dire, mais ça se voit tellement sur leurs visages, ils sont biens et ils le disent tout aussi simplement, tous de la même manière, avec les même mots, presque en choeur "AH ça oui, ici on est bien !!!".

Mais pourquoi sont-ils si "biens", pourquoi ont-ils l'air si heureux ? Apparemment, le pays n'est pas trop touché par la crise, donc c'est sûr que ça aide beaucoup. Et puis, je crois aussi, il y a la densité de population très faible. Quoi qu'on dise, je ne pense pas que les êtres humain soient faits pour être entassés les uns sur les autres comme dans nos mégalopoles, dans nos cités HLM ou encore dans nos métro aux heures de pointes.

J'ai surtout été impressionné par le fait que le Québécois, par définition, n'est pas pressé. Il est zen, tranquille, ouvert. C'en est presque étrange ! Et là, je ne parle pas des habitants de la campagne; mais bien des gens de la grande ville. On se promenait à Montréal avec un ami qui faisait office de guide, et face à nous, traversant la rue, une femme se met à courir pour ne pas attendre le feu rouge. Pour plaisanter, je dis à mon ami : "ah, une québécoise pressée ! c'est rare !!!". Il se retourne alors, prend le temps de bien regarder la personne en question s'en allant au loin, et me répond, sûr de lui, " c'est une touriste !!!".

Avec notre guide du jour, on a un peu échangé sur la situation politique et sociale du Quebec, j'essayais presque jalousement de trouver la faille. C'est vrai qu'au Quebec, ils ont notamment leurs problèmes entre francophones et anglophones. D'ailleurs Montreal semble littéralement séparé en deux parties, de chaque côté de la grande avenue, les quartiers Anglophones et les francophones. Ils ne se mélangent pas. C'est, selon moi, tout sauf un petit problème. Compliqué de construire quelque chose de sain sur ces bases. Il y a eu, ces trois derniers siècles :  des guerres, des règlements de comptes, des trêves qui n'en étaient, des armistices mal digérées… Donc, à priori, le Quebec, c'est tout sauf le monde des bisounours. À ça, mon ami m'a répondu qu'en effet, il y a bien ce conflit historique entre anglophones et francophones, mais qu'aujourd'hui, si des divergences persistent, elles n'empêchent en rien le bien-vivre ensemble. Et, surtout, les québécois, sont, d'après lui, culturellement "non violents"; et très portés sur le débat démocratique : "on pose la question, on vote, on applique...jusqu'à la prochaine question. Par exemple, le dernier référendum sur l'indépendance du Quebec, s'est soldé par un non à 51 %. et les indépendantiste ont sereinement accepté le vote. Regarde ! les gens n'ont pas l'air d'être bien ensemble ?".  Franchement, honnêtement, oui ! ils avaient l'air de pas trop mal se supporter.

Je continuais quand même, à chercher l'erreur. Je crois que je commençais à ressembler au mec de la pub qui ressasse tout le temps "je l'aurais un jour. je l'aurais". Cet homme, ancien professeur d'Université, me disait qu'à l'époque, ils organisaient des jumelages entre étudiants français et canadiens. Et que, après être venus étudier quelques temps au Quebec, une très grande majorité des étudiants français ne rentraient plus en France. D'ailleurs, ne le répétez à personne, mais parmi la bande de saltimbanks, y en a une paire qui commençaient à s'imaginer venir "habiter ici" un jour...

La première fois où je suis venu à Paris. Je me souviens que je voulais demander ma route à quelqu'un, et j'avais du mal à intercepter un passant. Les gens semblaient trop pressés pour s'arrêter. Ce qu'ils avaient à faire, devait certainement être trop important, trop urgent.

Les québécois et moi, on semble être d'accord sur un point : il n'y a rien de plus important, de plus urgent que des rapports humains simples et tranquilles :  Un échange, une info, l'idée de se dire qu'on fait partie du même bateau,  et qu'en ce sens, il est vital qu'on reste connectés les uns avec les autres; et, si possible, pas que dans un monde "virtuel", derrière un écran et un clavier.

Ok, Je pars peut-être un peu loin, mais c'est vraiment ce que j'ai ressenti. Alors, à votre tour, vous me direz peut-être : "il y a certainement une arnaque. Cette ouverture à l'autre, ce "positivisme" exacerbé doit certainement cacher une pathologie. Un genre de méthode coué : "je vais bien ,tout va bien". Des français expatriés depuis plus de dix ans m'ont dit qu'ils ont pensé à ça aussi, qu'à leur arrivée, tout ce "cirque"  leur semblait '"trop beau pour être vrai"; mais après toutes ces années, il n'ont toujours trouvé "le pot aux roses". Il semblerait bien que cet état soit naturel : les québécois seraient donc naturellement sympas, ouverts, dispos, tranquilles, zens, souriants… Enervants donc ;-) ça me rappelle cette chanson d'Eddy Mitchell "j'aime pas les gens heureux…".

Un soir au restaurant, on s'amusait à imiter l'accent quebequois et on demandait au serveur de nous imiter, nous français. Il a pris son air grave et a lâcher dans un bon accent bien d'chez nous : "putain, fais chier !".

Fait véridique, croyez-moi, une petite heure après avoir atterri à Charles De gaulles, je me retrouvais dans les couloirs du métro, et, un mec passe à côté de moi en grognant à voix haute " font chier bordel avec leur leur putain de couloir". Bon, le mec semblait avoir très mal au ventre, peut-être avait-il des circonstances atténuantes. Tout comme ce guichetier SNCF fulminant sur ses collègues " équipe de bras cassés". Ou comme, le type juste en face de moi dans ce train, caché derrière son écran d'ordinateur : "Putain, je vais l'exploser contre le mur". J'espère qu'il ne parle pas de moi. Vraiment, j'ai horreur de faire des généralités, mais là, pour le coup, je n'invente rien, on se croirait presque dans un célèbre sketch des inconnus : Le contrôleur vient d'annoncer au micro que nous circulions avec un retard de 10 minutes. Et vlà que les insultes et autres gestes d'agacements ( pfft, rhaaa, etc… ) fusent de toutes parts. Et, preuve pleine de mauvaise foi : pas un seul "tabarnak" à l'horizon !!! ( vous me direz, c'est normal, on est en France ).

Alors, je ne sais pas quoi penser de tout ça. Je ne comprends pas pourquoi un tel fossé. Est-ce qu'on est vraiment si bien au Quebec ? Est-ce qu'on va vraiment si mal en France ?

A Montréal et à Quebec, j'ai bien essayé de mener mon enquête, j'ai interrogé une bonne dizaine de québécois en  leur demandant quel était "leur secret". Ils m'ont donné tout un tas de raisons plus farfelues les unes que les autres. La seule qui m'ait parue un tant soit peu plausible était celle-là :

" En fait, ici, comme chaque hiver, il peut faire jusque -30 degrés, donc, en quelques sorte, on hiberne ! on ne sort plus de chez nous pendant un mois ou deux ou trois. Alors quand l'hiver prend fin, on est heureux de retrouver la civilisation. Tellement, qu'on a envie de  parler à tout le monde. A son voisin; au passant dans la rue, en lui lançant un "hey ! salut !"; tellement heureux de revoir le jour que même si on le voulait, on pourrait pas le cacher".

Je ne sais pas si je peux croire cette histoire d'hibernation, surtout que la personne en question avait l'air de se foutre un peu de moi en me racontant ça mais, naïf, j'ai trouvé cette explication plutôt convaincante. ça se tient.

Plus sérieusement, je me dis que dans cet Eldorado moderne nommé Quebec, qui ne connait ni les trop fortes densités de population, ni la grande précarité de nos cités, on est à l'abri de bien des maux de notre époque. Et donc ça aide forcément à être plus ouvert, plus confiant. Et puis, on court moins vite aussi, on a moins la tête dans le guidon; ça aide à la lever, la tête; à regarder un peu plus autour de nous; à avoir un peu plus de temps pour soi et pour les autres…

Cette naïveté, je me dis que c'est un vrai trésor, et il faut juste qu'ils la gardent précieusement aussi longtemps qu'ils le pourront. Tout comme nous devrions essayer de tout faire pour imaginer la retrouver un jour.

Personnellement, c'est un peu dans cet état d'esprit que l'année dernière, j'ai quitté mon Roubaix natal. Un soir d'automne, je me suis lassé du bruit de la grande métropole, du bitume qui m'avait élevé et que j'avais tant aimé. J'en ai eu marre de courir, peut-être. Je me suis enfui en quelque sorte. Certains diront que j'ai fini par déserter.

Bon, je ne suis pas allé parti me perdre en plein Larzac, non ! ( pas encore ;-), mais j'ai trouvé cette ville, de taille moyenne, au bord de la campagne, au bord de la rivière, pas trop loin du soleil. Un ptit coin pas encore trop chargé, où le temps passe un peu moins vite; où on respire un p'tit peu mieux, où on en profite un petit peu plus.

 

Alors, entre deux voyages, entre deux concerts, dans mon nouveau chez moi, avec ma petite famille, loin du tumulte et de la confusion, je peux dire qu'à ma façon, je suis heureux comme un québécois.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

clovis simard 03/01/2013 18:14

L'Indépendance du Québec c'est mathématiques(fermaton.over-blog.com)

pierrot vagabond céleste 22/12/2012 19:01

cher saltinbank
bravo pour votre magnifique
blog nomade:))))

je m'appelle Pierrot
je suis vagabond poète
et j'espère bien un été vagabonder dans votre coin
pour partager mes chansons et ma guitare avec votre amour de la poésie:)))

en attendant
Joyeux Noel
et un de mes textes de chansons
comme partage
vous retrouverez la musique sur
www.demers.qc.ca
chansons de Pierrot
paroles et musique
le camionneur

LA CHANSON DU CAMIONNEUR


j’suis su l’camion 60 heures par semaine
j’t’aime

des fois j’triche un peu
j’fais des heures pour nous deux
on dormira plus tard
quand on s’ra des beaux vieux

moi je vis juste pour toé
j’ai hâte à fin de semaine
j’t’aime

de cogner du marteau
quand tu fais du gâteau
t’es si belle au fourneau
mais j’veux mieux pour ma reine

REFRAIN

suffit qu’tu m’dises
que tu veux changer la cuisine
enlever l’comptoir à melamine

pour que la route
entre La Tuque et Trois-Rivières
soit la plus belle de l’univers

COUPLET 2

j’dors dans l’camion
4 nuits par semaine
j’t’aime

3 heures du matin
réveille par la fiam
mon p’tit lit dans cabine
est ben trop grand pour rien

j’ai des idées
pour la salle à manger
j’t’aime

j’ai ben hâte d’en jaser
autour d’un bon café
j’ai acheté les néons
ceux qu’tu m’avais d’mandés

COUPLET 3

j’suis sul’camion
quand la neige a d’la peine
j’t’aime

quand le vent trop jaloux
la garoche entre mes roues
j’ai autour du c.b.
un vieux chapelet jauni

tu m’l’as donné
en pleurant comme une folle
j’t’aime

parce que t’es ben croyante
pis t’as peur quand y vente
à soir ton camionneur
rentrera plus d’bonne heure

REFRAIN FINAL

suffit qu’tu m’dses
qu’cest ben plus beau dans ta cuisine
parce que mes bras en melamine

te lèvent dans airs
entre La Tuque et Trois Rivières
toi la plus belle de l’univers

suffit qu’tu m’dises
qu’c’est ben plus beau dans ta cuisine
parce que mes bras en mélamine

te lèvent dans airs
loin de la Tuque et Trois Rivières
toi la reine de mes je t’aime
toi la reine de mes je t’aime

Pierrot
vagabond celeste


Pierrot est l'auteur de l'Île de l'éternité de l'instant présent et des Chansons de Pierrot. Il fut cofondateur de la boîte à chanson Aux deux Pierrots. Il fut aussi l'un des tous premiers
chansonniers du Saint-Vincent, dans le Vieux-Montréal. Pierre Rochette, poète, chansonnier et compositeur, est présentement sur la route, quelque part avec sa guitare, entre ici et ailleurs...

et si je vous présentais par la présente
un grand rêveur du Québec
qui raconte sur scène l'histoire
de mon vagabondage poétique

SIMON GAUTHIER
CONTEUR INTERNATIONAL
ET SON NOUVEAU SPECTACLE
CRÉÉ EN IERE À TADOUSSAC
ET QUI SERA PRÉSENTÉ AU QUÉBEC
EN EUROPE
ET SURTOUT EN AMERIQUE FRANÇAISE
EN 2012-2013
EN VOICI LA CRITIQUE
DANS LE JOURNAL LE REFLET
DE TADOUSSAC 22 AOUT 2012

DÉDÉTORIAL
LE VAGABOND CELESTE DE SIMON GAUTHIER
Bien fatigué, j'y suis allé avec la peur de m'endormir.
Finalement je voulais que ce récit ne puisse finir afin de ne pouvoir partir pour continuer mes rêves.
Quelle prestation! C'est l'histoire inspirée d'un personnage qui est passé par Tadoussac et que plusieurs ont eu la chance de côtoyer. Dans un premier temps il a séjourné trois semaines
à l'eau Berge puis il est revenu pour repartir sur la route de ses rêves. C'était un petit «grand homme» à chapeau, barbe blanche et guitare en bandoulière qui composait des chansons sur les gens
rêveurs essayant de réaliser leurs rêves. Plusieurs
personnages de Tadoussac ont noirci son cahier.
Son Histoire remonte à plusieurs années alors qu'il était bien
installé dans le nord de Mtl plus précisément à Val David. Là-bas, il avait tout pour être heureux, maison, femme, famille et argent...
Un matin il s'est levé pour annoncer autour de lui qu'il laissait tout et partait sans le sous, vivre ses rêves. On a cru à un coup de déprime, on a tenté de le retenir mais devant ses arguments on
a fini par le comprendre et lui souhaiter bonne chance dans son rêve. Pendant 5 ans il a fait les quatre coins du Québec sans rien demander à personne. Les hasards de la vie le guidaient au
quotidien. Il attendait qu'on lui offre une «raye» pour avancer, sinon il marchait inlassablement.
Jamais il a demandé à manger ou coucher, c'était quand on l'invitait!
Simon Gauthier l'a rencontré par le biais de Richard Fontaine qui lui aussi à sa façon, vagabondait ici et là avec ses pinceaux comme compagnons de route.
Depuis, selon Simon ce «Vagabond Céleste» a balancé sa guitare à la rue pour s'installer dans une petite chambre dénudée près de l'Oratoire St Joseph, et il parcours les bibliothèques. A date il a
à son actif une maîtrise et plusieurs doctorats en poche sur le rêve.
Son nom est Pierrot (mais lequel?) Un monument existe encore en son honneur, rue St-Paul dans le bas le la ville de Mtl.
Fondateur des Deux Pierrots dans le vieux, cette boite mythique des plus fréquentée encore, est le seul endroit qui ait survécu aux Boites à Chansons qui nous ont donné nos grands: Claude Léveillé,
Vigneault, René Claude, Claude Gauthier, Raymond Lévesque, etc
Si Pierrot en quittant, gloire, succès et argent pour vivre ses rêves est un message d'espoir, un baume sur le mal de vivre qui nous guette, Simon Gauthier par son spectacle nous a fait découvrir
quelqu'un de chez nous porteur de bonheur. Simon offre à quiconque veut découvrir plus intimement
ce personnage, de venir dans vos maisons, vos salons, vos verrières vous présenter cet être lumineux.Est-ce le présage que notre conteur national se prépare à parcourir les routes du monde avec
dans son pack sac?
Pierrot le Vagabond Céleste disposé à vous faire du bien à l?âme et vous brasser les idées?
PierrotLE VAGABOND CÉLESTE
WWW.SIMON GAUTHIER.COM
http://www.demers.qc.ca
chansons de pierrot
l'ile de l'éternité de l'instant présent
http://www.reveursequitables.com
http://www.enracontantpierrot.blogspot.com

Dans le cadre de l?évènement LES ARTS DU RÉCIT mardi
2 avril , 20 h 00 le 19 mars 2013
Maison de la culture de Côte-des-Neiges Présenté dans le cadre de la série Les arts du récit
Pierrot rêve de tout changer; il troque sa maison contre une paire de bottes, pour aller plus loin dans sa vie ! Depuis, il parcourt le Québec. Le rencontrer, c'est recevoir un grand souffle de
poésie qui nous étreint, comme des bras chauds venus nous réconforter durant une nuit d'hiver sans abri ! Un récit émouvant, porteur d'avenir

Joyeux Noel:)))

Commentaire n°2 posté par Pierrot vagabond céleste hier à 20h41




Bonjour Pierrot !

J'ai écouté quelques unes de vos chansons. J'ai beaucoup aimé Cassandre et La chanson du camionneur.

J'ai aussi regardé le démo du film " Mon ami Pierrot " et lu les articles à votre sujet.

Je vous remercie pour votre visite et votre commentaire sur mon blog, je suis très touchée !

Je vous souhaite de pouvoir venir chanter en Gaspésie, vous aimerez sûrement notre belle région.

Joyeux Noël et encore merci !

clovis simard 27/10/2012 13:44

Voie Blog(fermaton.over-blog.com)No.8- J'arrive ou je suis né ?

Passeuse de rêve 26/09/2012 22:30

Un bienvenu pour un merci... et ça donne un accueil chaleureux dès les premiers mots :o) Le Québéc dans mon coeur c'est une bougie allumée à une fenêtre l'hiver, c'est l'air qui rentre et la nature
sauvage...
Le voyage loin très loin parce que c'est peut être entre deux éclats de rire d' un étranger, que se trouve enfoui le trésor de nos vies... Ainsi la longue et folle errance de la jeunesse se révèle
t'elle, pour finir d'une énigmatique sagesse ... :o)

Dan Cabana 26/09/2012 18:42

On est plusieurs ici qu'ont bien aimé votre précence, moi, en particulier!!! J'ai fait un de mes plus beaux trips d'échange musical de toute ma vie. Sans blague. J'ai surtout apprécié l a passion
qui vous embrase. Je vous ai vu donner un spectacle très énergique et, le soir (la nuit) même on jammait comme des malades au salon VIP!!! Je mets en ligne sur Facebook un petit album de photos pas
très bonnes mais qui ont figé, pour moi, ce merveilleux moment, le premier soir, un jeudi. Le jam s'est poursuivi le lendemain, à la demande de Kaddour (est-ce bien le bon prénom?) et, j'aurais dû
me pointer le samedi... On se reprendra un jour sans doute quand je traverserai à mon tour. Salut à vous bande de pas d'allure!!! Hahahaha!!! La biz, Dan.

Présentation

Recherche

Pages

Liens