Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 11:33

 

Il y a 26 ans jour pour jour, fut assassiné Thomas Sankara, Président du Burkina Faso. Je voudrais rendre simplement hommage à celui que je considère pour ma part comme le plus grand dirigeant africain de tous les temps. Ce classement est très subjectif, c'est vrai, je suis un adepte invétéré de Thomas Sankara.

 

Il fut assassiné lors d'un coup d'état maquillé organisé par celui qu'il considérait comme "son frère", son compagnon d'arme et de révolution : Blaise Campaoré, qui prit donc sa succession et qui est toujours en fonction aujourd'hui. Il fut assassiné, il faut le rappeler, avec la complicité des dirigeants français de l'époque, et de quelques autres dirigeants africains. Pourquoi ?

 

Je vous invite, si vous avez quelques minutes, à regarder cette vidéo nous faisant revivre le discours mémorabble de Thomas Sankara sur la dette africiane ( au sommet D'Addis Abéba). Ce discours, cette pensée, cette force, en n'oubliant certainement pas  la performance d'orateur, je pourrais presque dire d'homme de scène,  c'est juste un régal ! un récital ! une démonstration qu'on voudrait ponctuer d'un CQFD ! 

 

En voyant cette vidéo, on comprend qui était Thomas Sankara : intelligent, frondeur, charmeur, drôle, indépendant, follement inconsicent aussi... On ne peut s'empêcher de prenser que c'est peut-être ce jour-là, suite à ce discours, que fut prise la décision d'en finir avec lui. Tout comme je ne peux m'empêcher de penser à cette célèbre phrase de Bob Marley dans Redemption Song : "How long shall they kill our prophets, while we stand aside and look ?".

 

Oui ! parce qu'il y avait quelque chose de prophétique chez Sankara, pas au sens religieux du terme bien sûr, mais au sens "révolutionnaire tiers-mondiste indépendantiste" :  Militaire pronant le désarmament, iconoclaste forcené, obstinément féministe, Thomas Sankara était un OVNI, un être et un dirigeant unique, improbable, fou, génial !!!

 


 

 

Ce coup d'éclat de Thomas Sankara n'était pas le premier, il y en eut beaucoup d'autres, notamment, cette flèche décochée au Président Mitterrand, en sa présence, en pleine conférence de presse, pour avoir accueilli sur le sol français des leaders Afrikaners !

 

 


 

 

 

Un peu comme ce vers de Louis Aragon dans l'affiche rouge, Thomas Sankara était "amoureux de vivre à en mourir". Quelques jours avant sa mort, alors qu'il savait que quelque chose se préparait contre lui, il disait préférer tomber plutôt qu'être celui qui ferait couler le sang des siens dans sa propre maison.

 

Le mercredi 7 octobre 1987, lors d'un de ses derniers conseils des ministres, le président Sankara distribua une copie de la lettre de Ché Guévara adressé à son ami Fidèle Castro avant de quitter l’île de Cuba. Un passage de la lettre dit ceci : « Je m’en vais. Je sais que je laisse ma femme et mes enfants. La révolution établie à Cuba s’occupera de ma femme et de mes enfants ». Un ministre demanda au Président Sankara ce que signifiait cette lettre. Il lui répondit :  « Comprenne qui pourra »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

José 30/05/2016 11:00

Dommage que le message de T. Sankara ait laissé la place aux fondamentalismes religieux. Ce qu'il réclamait, c'était des droits légitimes tout de suite, et pas de vagues promesses comme celles qu'on fait aux enfants pour les tenir tranquilles. C'est un des hommes pour lesquels j'ai le plus grand respect, comme tous ceux qui luttent pour la dignité.

lainet gilles 10/11/2014 16:00

Salut Kaddour, je t'ais découvert il y a quelques années à Bar le duc (55) et il me restait une bonne connaissance du ministère des affaires populaires, mais c'est au festival Rock en stock que
j'ai pris une claque avec tes Saltimbanques et toi au micro. Obligé d'en reprendre une dose à Hayange 57 (aïe) au festoch Rock in fer. Fidèle à toi même, "tu lâche rien"....... Un pote m'a offert
ton bouquin "j'écrit donc j'existe". Super, mais il aurait fallu que je le parcours avant de te voir sur scène! Je connais tout par cœur et dans ton bouquin, il n'y a pas de musique !!!!
En plus, quand tu empruntes des paroles à d'autres, je préfère les tiennes dans ta bouches !!!! C'est la qu'elles sont superbes et qu'elles ont toute la force de communication qui devrait
pratiquement être obligatoire est être de l'instruction civique.... Je rigole, c'est percutant et réaliste ..... Ce qui est sur, c'est ton talent immense dans la composition de textes courts,
d'importance et que tu sais valoriser en les interprétant de manière désinvolte avec un groove nickel.
NE LACHE RIEN !

Nad 09/08/2014 02:56

Si seulement , il y avait plus de dirigeants africains comme lui , si seulement .... Il serait beau notre continent, beau ,fort , fier et puissant.

Anne 16/10/2013 11:58

Merci

Claudine 15/10/2013 16:42

Tes écrits me vont toujours droit au cœur, que d'émotions mais peu de "citoyens du monde" te connaissent quel dommage!!!!! à bientôt sur nos routes de France

Présentation

Recherche

Pages

Liens